Zabit Nabizade Trio

Entre Arax et Koura, au confluent des grandes civilisations…

Un trio d’exception, héritier d’une tradition unique

 

Zabit_Nabizad_Fabien_Maisonneuve_BBM08

Professeur au conservatoire national d’Azerbaïdjan, Zabit Nabizade représente la tradition du mugam. Il est accompagné au tar par Ali Asgar Mammadov et au kemence par Khayyam Mammadov.

Tradition tout à la fois savante et populaire, fortement ouverte à l’improvisation, le Mugham d’Azerbaïdjan reflète les multiples rencontres caucasiennes, perses et turques oghouz qui ont formé le creuset de la culture azérie. Expression académique, le Mugham intègre avec bonheur des éléments du radif perse et du makam turc. Cependant, cet art subtil a aussi largement absorbé les mélodies et techniques d’interprétation des bardes ashik qui parcouraient naguère le pays, pour en faire une expression originale et pleinement enracinée. Il incarne ainsi à merveille la richesse culturelle de l’Azerbaïdjan et met en musique aussi bien des chefs d’œuvres des grands maîtres de la poésie que des vers issus de la tradition populaire. Il recèle les saveurs d’une voix haute et tendue muée subitement en intime chuchotage… Voix surgissant de la déchirante complainte d’une lyra kemençe ou d’une avalanche subite de notes vivement égrenées au luth târ, voix couronnée par le bruissement du tambourin daf aux résonances secrètes…

De nos jours, la renommée du Mugham a largement dépassé les frontières de l’Azerbaïdjan, à la faveur d’interprètes d’exception comme le chanteur Alim Qasimov, et il est reconnu, depuis 2003, comme un « chef d’œuvre du patrimoine immatériel de l’humanité » par l’Unesco. 2003 fut également l’année de la consécration mondiale pour Zabit Nabizade, puisqu’il remporta cette année là le deuxième prix d’honneur du Festival de Musique International Sharq Taronalari de Samarcande.