Savaş Özkök, Hakkı & Yasin Özçimi

Festival Antigel, Sophie Le Meillour, Genève le 02-02-12

L’harmonie entre le Kanun, le Tanbur et le Ney donne une touche unique à leur collaboration artistique. Savaş ajoutant en plus de la maitrise du Kanun sa voix mélodieuse et puissante à leurs musiques, Hakki son art majestueux en tourneur de Derviches et Yasin son héritage paternel virtuose du souffle et de la confection du ney.

Quand un maître de kanun dialogue avec les prodiges du tanbur et du ney les échanges délicats survolent les cimes musicales de la musique ottomane. Le style du trio formé par Savaş Özkök, Hakkı et Yasin Özçimi est une sorte de paroxysme de l’art ottoman.

Le kanun et le tanbur envoutent pour nous faire vivre une nuit magique dans l’univers soufi et de musique classique ottomane. Le choix qu’ils proposent dans ce programme, est une suite instrumentale et vocale de grandes compositions à travers les siècles. Alors que traditionnellement on réunit des compositions de plusieurs créateurs dans le même mode “makam”, le génie de ces interprètes imprime ici une grande unité entre les différents makams, entre le profane et le sacré.

Le syncrétisme de l’art musical turc se retrouve dans la spritualité turque, confluence de sagesse asiatique et de pensée islamique. Au 17 et 18 ème siècles, les musiciens de la cour ottomane faisaient un véritable va-et-vient entre la cour et les couvents (tekke) où ils pouvaient avoir le rang de chefs spirituels (Dede).

Les dialogues de Savaş Özkök, Hakkı et Yasin Özçimi aux confins des improvisations orientales, leur orfèvrerie instrumentale, entraine les oreilles apaisées dans une ensorcelante odyssée sonore.

394LOWLa Sema : danse de Derviches

Cette danse rituelle est attribuée à Mevlana lui-même. Selon la légende, il commença à tourner dans un état d’extase en répétant le nom de Dieu, Allah. Cette danse giratoire fut reprise par ses disciples chaque jeudi soir, ils se réunissaient au “tekke” couvent jouxtant la tombe de Mevlana et dansaient la sema. Celle-ci doit rapprocher de Dieu, la rotation symbolise la rotation des planètes et des étoiles. Les danseurs tournent en harmonie avec le cosmos pour se sentir plus près de Dieu, pour perdre leur unité en faveur d’une communion divine avant de redevenir humains.

 

Festival Antigel, Sophie Le Meillour, Genève le 02-02-12

Savaş Özkök

Né le 30 juin 1980 à Gaziantep, dans le Sud-Est de la Turquie, Savaş Özkök est initié à la musique par son père, instituteur mais aussi joueur de kanun et compositeur amateur. Depuis l’âge de 8 ans, il reçoit un enseignement complet de musique savante turque, abordant tant la pratique instrumentale que l’aspect théorique de la science des makam et de l’usûl. Sa grande soeur et son grand frère, qui suivent également cette voie, choisissent respectivement le kementché classique et le violoncelle. Très tôt, alors qu’il joue déjà dans trois ensembles à Gaziantep, Savas se révèle capable d’exécuter par coeur des Âyin-i Serif (la forme la plus longue de la musique classique et mystique turque) en plusieurs modes. Vers l’âge de 18 ans, alors qu’il s’attache déjà à faire découvrir des œuvres parfois méconnues du répertoire traditionnel turc d’inspiration savante, il commence à s’intéresser de plus près aux compositeurs du début du XXème siècles issus des minorités non-musulmanes. Ainsi, outre Yorgo Bacanos, célèbre maître du oud d’origine grecque connu pour sa technique, novatrice, il se consacre également à la redécouverte de partitions oubliées d’Aleko, Bacanos, le grand frère de ce dernier, et de bien d’autres grands artistes comme Astik Isa, Ssak Varon ou Artaki Candan.

Au terme de ses études secondaires, il décide de persévérer et entreprend des études supérieures au Conservatoire National de l’Université Technique d’Istanbul, où il bénéficie des enseignements de professeurs de musique classique turque unanimement reconnus : Nevzat Sümer, Erol Deran, Niyazi Sayın, Nevzad Atlıg…

Après avoir terminé avec succès ce cycle d’études par une licence, il poursuit par un master à l’Université Haliç, toujours à Istanbul. Durant toutes ces années, il participe à de nombreux concerts en Turquie comme à l’étranger au sein de différentes formations comme Les Derviches Tourneurs de Konya ou le New Istanbul Oriental Ensemble dirigé par Burhan Öçal. Depuis 2008, Il accompagne par ailleurs régulièrement le Chœur de Musique Classique Turque de Bursa. Remarqué lors de son concert solo au Festival Tarab Tanger en 2009, il s’est vu récompensé par le Prix Ziryab des Virtuoses décerné par le Comité National de la Musique du Maroc en 2010.

383-2LOWHakki Özçimi

Hakkı Özçimi est né en 1981 à Konya. Il est le fils du grand joueur de Ney Saddredin ÖZÇIMI, avec lequel il débute son éducation musicale. Après une formation au conservatoire de Ayfon Kocatepe, il étudie avec le célèbre joueur de tanbur Özer Özel et s’impose comme un des meilleurs musiciens de tanbur de sa génération. Une quinzaine années passées à l’étude de cet instrument lui ont permis de se familiariser avec toutes les nuances de la musique savante, celle des sérails ottomans, la musique soufie ou la musique néoclassique. Il semble détenir tous les secrets de la musique turque, et c’est à juste titre qu’il est considéré comme un des instrumentistes les plus importants de sa génération. Il est membre de la Formation de Musique Classique Turque de Bursa qui dépend du Ministère de la Culture de Turquie.

C’est en 2007 qu’il rejoint le même ensemble que Savaş ÖZKÖK, ce qui ne fera qu’accroitre la complémentarité des deux artistes. En plus d’un grand talent dans son instrument, Hakkı est aussi Semazen (danseur derviche).

Yasin ÖzçimiWhatsApp Image 2018-04-14 at 20.14.55

Né à Konya en 1987, ce jeune prodige du Ney s’est d’abord tourné vers l’apprentissage de la danse des Derviches puis s’est ouvert à la pratique du Ney avec lequel il a pu participer aux cérémonies Mevlevi. Il était disciple de son père Sadrettin Özçimi, toujours considéré comme l’un des plus grands Neyzen classiques de Turquie. Mais il a également pu s’illustrer auprès des plus grands virtuoses turcs tels que : Özer Özel, Erol Dera, Mutlu Torun, Ahmet Şahin, Salih Bilgin ou encore Murat Salim Tokaç.