Kamila Nabiyeva

Kamila Nabiyeva est depuis plusieurs années déjà considérée comme une des plus grandes voix d’Azerbaidjan et ce malgré son jeune age. Elle a parcouru et partagé les plus prestigieuses scènes du monde avec de grands maîtres du Mugham auprès desquels elle a reçu les meilleurs enseignements.

Le mugham est un genre musical traditionnel et savant de la musique azérie qui laisse une place prépondérante à l’improvisation. Il s’agit d’une suite de mouvements liés à un mode particulier. Il associe le chant à des instruments traditionnels : le târ (luth à 11 cordes), le kemençe (vièle à quatre cordes) et le daf ou le doyre (grands tambours sur cadre, appelés aussi qaval).

Ibrahim Babayev & Samir Ezimov

Le mugham azerbaïdjanais partage les caractéristiques artistiques du maqâm arabe, du radif perse et du makam turc.

Depuis l’indépendance du pays en 1991, on assiste à un renouveau du mugham ainsi qu’une certaine modernisation (enregistrements sonores) qui met en péril son caractère improvisé et le principe de sa transmission orale. Le mugham a été classé en 2005 « Chef-d’œuvre du Patrimoine oral et immatériel de l’humanité » par l’UNESCO, dans une démarche qui s’attache à préserver la mémoire et l’intégrité des formes artistiques et culturelles menacées.

Elle est rejoint depuis peu par Ibrahim Babayev et Samir Ezimov, jeunes prodiges du tar et du kemençe reconnus pour leur virtuosité et vainqueurs de nombreux concours et prix en Azerbaïdjan.

Elle se produit également avec Elshan Mansurov et Alakbar Alakbarov, deux musiciens vétérans, également du tar et du kemençe.